Chez Éric Sibert
+ Accueil du site > Plein air > Ski de rando

Col du Simplon

Stage UCPA, autour du col du Simplon en ski de rando

Mis en ligne le 25/04/2007

Il s’agit d’un stage de ski de randonnée d’une semaine organisé par l’UCPA avec des courses à la journée en étoile autour du col du Simplon, à la frontière entre la Suisse et l’Italie.

Samedi 14 avril :
Départ de Poitiers en TGV le samedi soir. Changement à Paris pour prendre un train de nuit. J’arrive plus ou moins à dormir. J’ai pris une couchette en première classe pour être un peu mieux installé et essayer de ne pas arriver complètement cassé au stage.

Dimanche 15 avril :
Le train arrive à la minute prévue à Saint-Gervais. Correspondance pour Chamonix. Je débarque au centre UCPA d’Argentière vers 10 h. Prise de contact avec le groupe et les guides. Au final, nous sommes quatorze avec deux guides, Jean, le vieux loup des montagnes pas très loin de la retraite et Johann, le jeune chien fougueux, aspirant guide. Préparation tranquille. Repas de midi sur place puis départ en minibus pour le Simplon. Ça prend un moment, le temps de passer par le Valais puis de remonter au col. Petite déception, on ne loge pas à l’hospice chez les moines, le mode de fonctionnement de l’UCPA n’étant plus en phase avec celui du monastère. On redescend de l’autre côté du col au village de Simplon et on s’installe à l’Hôtel de la Poste que Napoléon a fait construire en même temps que la route du col. Je suis dans une chambrée de trois. En fin d’après-midi, on va se balader sur la colline au-dessus du village. 250 m de dénivelée. Repas. Dodo.

Lundi 16 avril :

JPEG - 109.8 ko
Départ du groupe

Réveil aux aurores, à 6 h 15. Petit déjeuner dans la foulée. On charge les minibus et on file au col du Simplon. Comme c’est le premier jour, on met un peu de temps à se mettre en branle. Départ à 8 h 15. On monte sur un versant orienté est sud-est, avec le soleil qui tape bien. Bonne suée. On déchausse sur quelques passages pour éviter les cailloux. On prend ensuite une combe puis un col et un dernier flanc pour arriver au Spitzhorli, à 2732 m. On prend notre temps au sommet. Il faut dire que la vue est bien dégagée avec panorama à 360°.

JPEG - 91.3 ko
Recherche avalanche

On prend même tellement notre temps qu’on finit par sortir coppa et reblochon et casser une bonne croûte. On redescend dans la combe par un autre versant. Pour ceux qui en veulent, on remet ça sur un second sommet, un peu moins haut, à 2630 m. Nouvelle descente dans la combe avec une pente un peu raide au démarrage. On fait les exercices ARVA dans la combe. On continue la descente avec pas mal de déchaussages. Et quand on a les skis aux pieds, la neige bien transformée est assez piégeuse avec une tendance en l’enfoncement brusque. Retour au col à 15 h 30. Dénivelée : 930 m.

Mardi 17 avril :

JPEG - 54.6 ko
Le Fletchhorn derrière nous

Réveil encore plus matinal, à 5 h 15. On remonte en minibus au col du Simplon et on se gare devant l’hospice. On démarre à sept heures moins dix. Cette fois, on est plus en versant nord et la neige est encore bien ferme, l’ambiance plus frisquette. On grimpe. On change de combe. On continue à grimper. Ça commence même à être carrément long. La neige est toujours dure. Finalement, on débouche au col du Breithorn.

JPEG - 62.1 ko
Sommet du Breithorn

Le vent est de la partie. On continue sur l’arête jusqu’au sommet du Breithorn à 3430 m. Finalement, le vent est beaucoup moins fort au sommet qu’au col, ce qui nous permet de largement profiter du paysage et de sa quinzaine de sommets à plus de 4000 m visibles.

On se restaure aussi un coup. Après un bon moment passé en compagnie des aigles et des choucas, on entame la redescente. Jusqu’au col, la neige au soleil est molle juste comme il faut. En dessous du col, on retrouve de la neige dure qui se skie bien. On navigue un peu sur les bords. La descente est sympa. Sur la fin, en rejoignant la dernière combe, ça commence à être bien mou et il y a plusieurs candidats au baugeage. On termine avec retour à l’hospice à 13 h 30 et pas mécontents d’être arrivés, les cuisses commençant à bien tirer. Retour au village. Après une petite douche bien méritée, nous partons à la recherche d’un bar pour se prendre une mousse. Malheureusement, c’est mardi et la plupart des commerces sont fermés. Nous finissons par trouver la boulangerie-pâtisserie qui est ouverte et qui fait aussi débit de boisson. Dénivelée : 1460 m en 6 h 40 aller-retour.

Mercredi 18 avril :

JPEG - 38.2 ko
Clocher

Grasse matinée jusqu’à 6 h 15 même si on eu le droit à un angélus renforcé à 6 h en guise de réveil. On va se garer à côté de l’ancien hospice et on attaque à 7 h 45. On traverse rapidement le fond de la vallée avant d’entamer la montée en versant est.

JPEG - 63.5 ko
Montée à Magehorn

Il y a quelques nuages dans le ciel qui jouent à cache-cache avec le soleil mais ça n’empêche pas rapidement le soleil de bien donner. On se bat un peu avec la végétation au début mais ensuite, on a de la neige en continu. Elle se ramollit assez vite. On passe à un col de Magehorn puis on continue en direction du sommet du Magehorn. Ça monte assez raide. Sur les cent derniers mètres, on quitte même les skis. Comme la moitié du groupe, je prends l’option d’abandonner mes skis à ce niveau et à faire à pied la fin de la montée et le début de la descente. On arrive assez rapidement au sommet du Magehorn à 2620 m. Nous avons de nouveau le droit à un panorama à 360° avec un petit peu de vent. On attaque la descente, à pied en ce qui me concerne.

JPEG - 83.2 ko
Chute dans un ruisseau

Après récupération des skis, ça continue sur de bonnes pentes de neige bien molle. Après les grandes pentes et les grands virages, on passe au petit couloir et petits virages entre les mélèzes moyennant quoi nous arrivons au fond de la vallée skis aux pieds. On s’installe sur une plaque d’herbe pour pique-niquer. En comptant la sieste, on y passe une bonne heure. On finit par se remettre en marche pour traverser la plaine jusqu’aux minibus en tentant d’éviter les baignades dans les ruisseaux qu’on traverse sur des ponts de neige. Et c’est à ski que nous rallions les minibus à 13 h 30. Dénivelée 800 m en 5 h 40, y compris l’heure de pause. Retour au village du Simplon avec visite de la terrasse du bar en bas du village.

Jeudi 19 avril :
Réveil comme d’habitude à 6 h 15. On se gare sur la route du col un peu au-dessus d’Engiloch. À 7 h 40, on descend à pied dans le vallon et on attaque à ski de suite. On commence par une pente nord légèrement est. Ensuite, un court passage nord nous oblige à mettre ponctuellement les couteaux. Ça continue par une combe toujours au nord avant de déboucher dans une combe plus vaste. On continue à monter tant bien que mal quand arrive le coup de théâtre de la journée. Jean, dans l’ivresse de la montée, a tiré à droite dans la combe en suivant les traces en direction du Rauthorn alors que nous devions aller à gauche.

JPEG - 139.2 ko
Passage vers Schilthorn

On remet les couteaux et on part en traversée rattraper l’itinéraire prévu. Il y a un petit passage assez raide que nous franchissons à pied puis une dernière pente nous emmène sur la crête.

JPEG - 55.6 ko
Schilthorn dans le brouillard

De là, on gagne en quelques centaines de mètre le sommet du Schilthorn, à 2794 m… et au milieu des nuages. On joue un peu à cache-cache avec le brouillard pour les photos même si la météo est globalement bonne. On part pour la descente. Dans les pentes du haut, la neige est dure et la descente facile. Ensuite, ça alterne avec des passages plus mous suivant l’exposition. Il y a juste sur la fin où la neige bien fondante devient piégeuse. À midi et quart, on s’installe à côté des chalets au bout de la neige pour manger et aussi faire un bout de sieste. Retour au village un peu plus tard. Dénivelée : 1005 m en 4 h 40, cette fois pause repas exclue.

JPEG - 130.6 ko
Croqus au col

Vendredi 20 avril :
Réveil comme d’habitude. C’est le dernier jour alors on fait les bagages et on vide les chambres de bon matin. On retourne une dernière fois au col du Simplon. On va se garer quelques centaines de mètres plus loin. On attaque à 7 h 50.

JPEG - 140.9 ko
Montée à Mäderhorn

Ça commence par une longue traversée en versant ouest bien dure et qui fait travailler les jambes de façon asymétrique. Ensuite, ça s’ouvre dans une combe plus large qui remonte longuement. On arrive vers un grand col. On oblique alors à gauche sur un versant au sud avec une bonne suée. À quelques dizaines de mètres du sommet, on enlève les skis et on termine à pied faute de neige.

JPEG - 108.3 ko
Mäderhorn

Enfin, on arrive au sommet du Mäderhorn à 2887 m. Une fois de plus, nous avons le droit à un panorama grandiose avec juste quelques petits nuages sous un soleil radieux. Et là, la proposition du jour est de redescendre sur l’autre versant de la crête, au nord. Le départ est un peu raide avec limite une corniche. Les deux guides cherchent un moment le meilleur passage. D’ailleurs, Jean trébuche dans la neige et s’entaille la main droite. Finalement, Johann nous installe une corde qui va nous servir de main courante sur une trentaine de mètres.

JPEG - 85 ko
Main courante à la descente

On passe un par un. On se regroupe un peu plus bas et on attaque réellement la descente dans de grandes combes. La neige est un peu dure au début mais elle est ensuite plus molle sans toutefois s’enfoncer sournoisement. On rejoint alors les pistes de la station de Rothwald qui est fermée. Ça se descend bien aussi même s’il faut faire attention aux cailloux et à l’herbe qui dépasse par endroits de la neige. Sur le bas, il n’y a carrément plus de neige et nous terminons les cent derniers mètres de dénivelée à pied. On débouche sur la route de Brig, quelques kilomètres en dessous du col du Simplon. Au final, sans doute la meilleure descente de la semaine. Dénivelée : +920 m/-1170 m en 4 h 45. Nos gentils guides s’arrangent avec leurs potes retraités, anciens guides de l’UCPA, qui faisaient la même course que nous pour la troisième fois de la semaine, pour se faire remonter au col et récupérer les minibus. On se change et on fait un brin de toilette à la lingette. On charge les minibus et c’est parti pour Chamonix. Pause repas puis terrasse de café dans un village vers Brig. On reprend la route jusqu’à Chamonix sans encombres. Restitution du matériel. On prend un dernier verre ensemble devant le centre avant la dispersion des troupes. Repas rapide puis je prends avec deux autres participants le train pour Saint-Gervais… qui s’arrête à Chamonix, la voie étant en travaux. On enchaîne avec un bus. On a le droit à de superbes lumières roses sur les glaciers du Mont-Blanc alors que les derniers rayons du soleil disparaissent. À Saint-Gervais, on a cinq minutes pour monter dans le train de nuit.

Samedi 21 avril :
Paris. TGV pour Poitiers. Fin.

En guise de conclusion, ça a été un très bon stage, avec non seulement une bonne ambiance dans le groupe mais aussi une météo au beau fixe. On s’est un peu payé des suées dans les montées exposées au soleil et la neige était parfois limite en quantité et en qualité sur les parties basses mais c’est quand même mieux que d’avoir du vent, de la neige et du brouillard. Et malgré le faible enneigement de l’année, on a eu très peu de portage. Physiquement, il ne m’en fallait pas plus compte tenu de mon entraînent. Un coin vraiment sympa pour le ski de randonnée. Avec une mention spéciale pour l’hôtel qui faisait quand même grand luxe pour un stage de ski de rando.

JPEG - 114.2 ko
Repas à l’hôtel
Copyright : droit d'auteur Éric Sibert. Site réalisé avec SPIP.